Chasser les nuages

Immunothérapie - cancer de l'ovaire et cancer colorectal

Début du projet 2020 Somme allouée en discussion

Communément, les tumeurs cancéreuses dites « solides » font l’objet d’une intervention chirurgicale destinées à extraire la tumeur. Cette opération est suivie d’un traitement par chimiothérapie(s) et/ou radiothérapie afin d’éliminer les éventuelles cellules cancéreuses résiduelles.

Toutefois, ces traitements de première ligne ne parviennent pas toujours à éliminer l’intégralité des cellules malignes, notamment parce que celles-ci peuvent développer des résistances et/ou avoir déjà migré vers d’autres organes. Le risque de rechute et de voir le cancer à nouveau se propager est alors un réel danger pour le patient.

Incidence et mortalité

Dans le cas du cancer de l’ovaire, chaque année en Europe, on dénombre plus de 66.000 nouveaux cas et plus de 44.000 femmes en meurent.

Le  cancer colorectal, est quant à lui, le second cancer le plus fréquent, et touche davantage les hommes que les femmes. Chaque année en Europe, près de 520.000 personnes sont diagnostiquées d’un cancer colorectal et il est la cause de plus de 244.000 décès.

(source : Globocan 2020)

L’espoir de l’immunothérapie

Face à ces enjeux, l’immunothérapie suscite de nouveaux espoirs, et le projet mené par Apmonia Therapeutics en particulier.

Pour remplir différentes fonctions de survie (ex : créer des vaisseaux sanguins, activer la croissance), les gènes d’une tumeur produisent des protéines. Selon leur nature, ces protéines se positionnent tantôt à l’intérieur, tantôt à l’extérieur de la cellule. Dans les cancers de l’ovaire et colorectaux, les protéines TSP-1 sont produites en très grande quantité et, tel un amas de nuages, elles se positionnent autour de la cellule.

De son côté, notre système immunitaire dispose de différents soldats, dont les lymphocytes T, qui ont pour mission de détruire les cellules qui fonctionnent anormalement, comme les cellules cancéreuses. Ces soldats sont équipés d’antennes (dont une appelée CD47) pour détecter les cibles à attaquer.

Perdus dans les nuages formés par les protéines TSP-1 autour de la tumeur, les soldats ne peuvent pas entrer en action.

 

Chasser les nuages

La société Apmonia Therapeutics a développé un traitement immunothérapeutique qui vise précisément ces nuages. Le produit appelé TAX2 s’accroche à eux et permet alors aux antennes des soldats de fonctionner normalement, localisant et attaquant les cellules cancéreuses.

 

Karine et Henry

En particulier pour les malades touché(e)s par un cancer de l’ovaire ou un cancer colorectal, cette immunothérapie représente un réel espoir. Pour personnifier les très nombreuses femmes concernées, nous avons choisi de les appeler les « Karine ». Et pour les hommes: « Henry ».

Pour toutes les « Karine » et tous les « Henry », la Fondation a fait le choix de soutenir une bonne part de ce projet prometteur, en apportant dans une première phase 375.000 EUR nécessaires pour atteindre une étape clef du développement de ce futur traitement. Elle sera rapidement suivie d’une seconde phase de 525.000 EUR.

Ce sont les montants que nous cherchons à récolter auprès des Venture Philanthropists que vous êtes ou serez bientôt. Aidez-nous à vaincre le cancer.

 

Je fais un don