Focus cancer

Il y a 50 ans, seul 1 patient sur 4 survivait à un cancer. Depuis, la recherche a permis de mieux comprendre la maladie et de concevoir de meilleurs traitements.
Aujourd’hui, le taux de survie est de l’ordre de 1 sur 2 (*).  C’est mieux, mais loin d’être suffisant.

(*) Cancer Research UK, 2020

Le nombre de cas de cancer va continuer à croître du fait de facteurs multiples tels que le vieillissement, l’environnement, …
D’ici 2025, on estime que, dans les pays développés, 1 homme sur 3 et 1 femme sur 4 (*) seront atteints d’un cancer au cours de leur vie.

(*) www.frm.org, 2020

Au plus tôt un cancer est diagnostiqué et traité, meilleurs sont les taux de survie et de rémission totale. Anticiper sa présence, le détecter précocement et déployer un arsenal thérapeutique ciblé et personnalisé sont les meilleurs atouts pour sauver des vies.

La recherche est cruciale

Les traitements d’aujourd’hui sont le résultat de la recherche d’hier.
Pour vaincre le cancer, nous sommes à l’affût des innovations les plus prometteuses
pour les amener avec succès de la paillasse des laboratoires au lit des patients.

En savoir plus >

La recherche contre le cancer peut être frustrante

Les effets des traitements sont parfois anéantis par la capacité sournoise des cellules cancéreuses à s'échapper, à s'adapter et à bâtir leur propre résistance.

Frustrations en tant que
patient

Comment, après avoir investi autant de moyens dans la recherche, n’avons-nous pas encore trouvé le moyen de guérir tous les cancers ? Confronté à cette maladie sournoise aux multiples visages, le patient attend des solutions efficaces, supportables… rapidement.

Frustrations en tant que chercheur

Après avoir breveté sa découverte, le chercheur doit trouver de nouveaux financements. Tous les chercheurs-trouveurs n’ont pas l’étoffe d’un entrepreneur. De trop nombreux projets prometteurs échouent alors par manque de moyens ou méconnaissance des étapes de développement.

Frustrations en tant que
donateur

A quoi mon don sert-il exactement ? Quelle part de celui-ci couvre-t-il des frais de fonctionnement ? Comment puis-je mesurer l’impact de mon geste ? Comment progresse le projet ? Des questions légitimes que se posent les donateurs, mais qui n’ont pas toujours de réponses.

Notre approche unique pour aborder ce problème

Après une sélection rigoureuse de projets prometteurs, nous aidons les lauréats à franchir le pas de l’entreprenariat et à concrétiser leur découverte. La Fondation leur apporte non seulement des financements (jusqu’à 2M€ par projet), mais les met aussi en relation avec des experts de la gestion d’entreprise et un réseau scientifique pluridisciplinaire.

En toute transparence, les avancées des projets sont partagées de façon régulière avec nos donateurs. Avec notre modèle 100%, l’intégralité des dons est affectée aux projets.

En savoir plus >

Aidez-nous à sauver des vies

Karine (31) souffre d’un cancer de l’ovaire et Henry (64) d’un cancer colorectal. Ces deux pathologies sont diagnostiquées chaque année chez plus de 580 000* personnes en Europe. La Fondation soutient une équipe qui développe un traitement en immuno-thérapie pour ces deux cancers notamment. Le projet a été baptisé ‘’Chasser les nuages’’.

Arthur (7) est atteint d’un cancer du rein. Des médicaments ultra ciblés pourraient s’avérer être une piste thérapeutique prometteuse. La Fondation a choisi de soutenir un projet visant à développer une nouvelle génération d’ADC (Antibody Drug Conjugate) pour lutter contre plusieurs cancers solides et liquides. Leur particularité provient d’une cape d’invisibilité qui rend ces médicaments 10x plus efficaces.

En savoir plus sur le projet « Chasser les nuages » >

En savoir plus sur le projet « Cape d’invisibilité » >

(*) Globocan 2020 - Europe : cancer colorectal = 519.820 cas, cancer de l’ovaire = 66.693 cas