• Accueil
  • Projets
  • Une cape d’invisibilité pour rendre une nouvelle génération d’ADC 10x plus efficace

Une cape d’invisibilité pour rendre une nouvelle génération d’ADC 10x plus efficace

Début du projet 2021 Somme allouée 500 000,00 €

Mablink Bioscience développe sa propre plateforme pour produire la prochaine génération d’ADC (Antibody Drug Conjugate ou conjugués anticorps-médicaments) plus stables et plus puissants grâce à une cape hydrophile brevetée appelée PSARlink.

Les ADC sont une classe de médicaments ciblés contre le cancer. Ils utilisent un anticorps monoclonal pour transporter des molécules cytotoxiques très puissantes directement et spécifiquement à l’intérieur des cellules tumorales pour les détruire, tout en épargnant les tissus sains.

Pour utiliser une analogie guerrière, on peut dire que pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses, on injecte dans le corps un « missile » (ADC), formé d’une tête chercheuse (anticorps monoclonal), d’un lien (linker) et d’un chargement d’agents toxiques (payload). La tête chercheuse s’accroche à sa cible et laisse alors les agents toxiques faire leur travail de façon ultra localisée.

Contrairement à la chimiothérapie et à la radiothérapie, qui ne font pas la différence entre les cellules, les ADC permettent de cibler les cellules cancéreuses avec une très grande précision, épargnant ainsi au maximum les cellules saines.

Une cape d’invisibilité rendant cette nouvelle génération d’ADC 10 fois plus efficace

Injectés par intraveineuse, les ADC circulent dans le sang, passant par les différents organes, à la recherche des cellules cancéreuses. Chaque minute, 1.5 litre de sang transite par le foie pour y être filtré et débarrassé des éléments nocifs. C’est un passage délicat pour les agents toxiques transportés par les ADC qui pourraient être soustraits, réduisant alors la force de frappe contre les cellules cancéreuses  et entraînant une toxicité indésirée dans le foie.

Le projet de la société Mablink Bioscience apporte une solution grâce à sa cape d’invisibilité (une polysarcosine brevetée appelée PSARlink) qui est placée sur le chargement cytotoxique. Elle le masque aux cellules filtrantes du foie et permet ainsi aux ADC de continuer leur traque contre les cellules cancéreuses.

Mablink estime que l’index thérapeutique (rapport efficacité/tolérance) de cette nouvelle génération est 10 fois meilleur que les ADC actuellement disponibles.

Grâce à cette cape PSARlink et la plateforme technologique associée, Mablink a pu mener à bien le développement et la preuve de concept préclinique de ces ADC de nouvelle génération en seulement deux ans.